Posologie des graines de lin en cas de bouffées de chaleur

graine de lin

Dans la lignée des articles précédents concernant la posologie des graines de lin en cas de constipation chronique ou de cholestérol, je vous propose cette fois-ci un article à propos de la posologie des graines de lin en cas de bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées. Cet article est délibérément court pour vous permettre d’aller à l’essentiel. Et n’oubliez pas que les meilleurs conseils sur votre santé vous seront toujours donnés par un professionnel de santé. Alors consultez votre médecin !

Voyons d’abord ensemble ce que sont les bouffées de chaleur.

Les bouffées de chaleur

Il s’agit de fortes sensations de chaleur dont l’importance varie en fonction des femmes. Elles surviennent généralement la nuit et se poursuivent dans la journée. Elles se ressentent au niveau du visage et surviennent subitement pour persister quelques minutes.

Elles peuvent aussi se propager dans le cou et le thorax en provocant parfois des frissons ou des suées.

Les graines de lin pour lutter contre les bouffées de chaleur

Une étude (1) a montrée que la consommation de graines de lin pourrait réduire les effets désagréables des bouffées de chaleur liées à la ménopause. Mais dans cette étude, l’échantillon de personne testée était plutôt faible. Les résultats ne sont donc pas forcément à prendre pour argent comptant…

Posologie : Ajouter au repas quotidien 1 à 2 cuillères à soupe de graines de lin moulues aurait des effets sur la réduction des bouffées de chaleur.

Si vous avez une quelconque pathologie plus ou moins liée aux hormones, consultez votre médecin avant de consommer des graines de lin pour les soigner.

Notez qu’il s’agit d’un traitement naturel, et qu’en fonction de vos symptômes les effets des graines de lin peuvent mettre quelques jours à se faire sentir. Chez certaines femmes c’est efficace. D’autres n’ont vu aucune amélioration.

(1) Pilot evaluation of flaxseed for the management of hot flashes. Pruthi S, Thompson SL, et al. J Soc Integr Oncol. 2007 Summer;5(3):106-12.

 

Posted in Santé and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *